Journée mondiale sans Facebook !

Créé le samedi 27 février 2016 07:20

Même s’il existe encore et toujours des irréductibles, savants guerriers ne disposant pas de cette application vitale pour la plupart d’entre nous, qui n’en voient d’ailleurs (toujours) pas l’utilité, nous sommes en tout près d’1,5 milliards d’abonnés partageant les vidéos des uns et matant les photos et les actus des autres (des ex SURTOUT ! Lol).

Allez, on va essayer de décrocher. Pourquoi participer à « 60 minutes pour la Planète » le 28 mars prochain et pas à « Stopper Facebook 24h » ? Rendez-vous dimanche 28 février !

giphy

Quand on veut, on peut

Comment on faisait avant ?

Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps que ça (perso, j’ai commencé Facebook en 2009) on était pas tout le temps perché sur le nombre de notifications qu’on avait par jour ni même aux biiiips incessants des messages privés que l’on reçoit aujourd’hui. Enfin quand on en reçoit.

Le nombre de « j’aime » sous nos clichés ne nous intéressait pas et au contraire on se gardait bien de partager les dossiers privés de nos soirées alcoolisées – et bien souvent oubliées – sur notre fil d’actualité. A ce propos, les selfies et les bouches en cul de poule (insupportables aujourd’hui) n’existaient pas non plus, ou en tous cas beaucoup moins.

Souvenez-vous : avant, on s’envoyait des sms. Pas des « MP ». Avant, on se donnait rendez-vous en bas de la maison après 22h00 pour parler en chuchotant et quand on organisait des soirées, on ne lançait pas des « invits » mais on prenait le temps de s’appeler.

Avant, on se disait les choses. Maintenant, on s’envoie des GIFS pour illustrer nos pensées, des pouces pour dire que c’est cool ou encore des smileys pooh pooh pour dire que c’est la merde. D’autant plus qu’ils nous ont rajoutés 5 logos pour savoir si on est content, pas content, si « on aime » ou si on « wouah ». Et le pire, c’est qu’on finira tous par les utiliser.

Avant, on se prenait en photo sans prêter attention à la mèche de cheveux qui était bien mise sur le côté, à la potentielle photo de profil qu’on pourrait utiliser et aux filtres que l’on pourrait appliquer.

f2

La poulitude

Avant, les gens qui allaient au resto discutaient. Maintenant, les smartphones et l’application FB ont prit le dessus : « je montre où on est, ce que l’on mange, si on s’aime ou plus trop et si les gens m’envient ou pas ».

Avant, on ne restait pas aussi longtemps au cabinet. D’ailleurs, checker son fil d’actu Facebook le matin aux toilettes, c’est risquer de se chopper des fourmis dans les fesses ou de prendre une photo de son entre-jambe alors qu’on voulait juste envoyer un « bonjour » à ses potes.

Avant, les copines et les copains qui n’allaient pas bien me le disaient (ou pas) alors qu’aujourd’hui, elles écrivent trois petits points en tant que statut pour que tout le monde leur demande ce qui ne va pas. Sans pour autant répondre en plus, ce qui est potentiellement chiant.

Avant, je n’avais pas accès au diagnostic médical des « potes » qui marquent sur leur fil d’actu qu’’n plus d’avoir choppé la conjonctivite, ils ont aussi choppé la gastro, et que les deux combinés, ça pique encore plus.

Avant, on avait des vrais amis. Ceux à qui on donnait accès à notre vie privée, étaient également des personnes avec qui on prenait le temps de déjeuner la semaine ou aller au cinéma le week-end.

Avant, on ne s’intéressait pas autant à la vie des autres. On les jugeait encore moins. Aujourd’hui, on se la joue à la reporter sans frontières en prenant soin de noter tous les « petits détails » qui font que « oui, tu peux sortir avec lui, j’ai checké son facebook, mise à part le fait qu’il ne possède pas beaucoup d’abdos, ça a l’air d’être un mec bien ».

Et j’en rajoute « En revanche, fais attention à la nana blonde qui est souvent avec lui sur les toffs. Elle a l’air de le coller un peu. » Sauf que c’est sa soeur.

Voilà le problème : aujourd’hui, on ne juge qu’à l’apparence, qu’à la photo de profil, qu’aux nombres de fautes dans les posts.

Alors oui, Facebook est utile. Sans ce réseau, Mademoiselle L elle-même n’aurait pas connu le même succès. Merci à vous.

Retenons qu’avec ce réseau, on garde le contact. Essayons juste de faire en sorte qu’il s’agisse d’un contact sain et bienveillant. Profitez de cette journée sans Facebook pour faire autre chose que de rester accroché à votre smartphone / ordinateur / tablette. Et ça tombe bien, ils ont prévu du beau temps.

Alors, qui veut jouer le jeu d’une journée sans réseau bleu ?

 

signature emma

 

 

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !