Ils sont de quelle couleur tes chaussons?

Créé le jeudi 12 janvier 2017 14:13

Les filles c’est rose, ça joue à la poupée et ça aime les paillettes, et les garçons c’est bleu, ça aime les camions et la bagarre… On aimerait bien lutter contre les clichés, mais parfois, ô misère, ils rappliquent au grand galop. Même dans la Tabatha’s family.

Mon arrière grand-mère a eu une fille. Ma grand-mère a eu une fille. Ma mère a eu une fille. Et moi j'ai explosé les traditions familiales avec une fille et un garçon ! Yes, trop forte, le choix du roi ! Je vous en prie vous pouvez applaudir, mon utérus est formidable. Un garçon donc, un petit roudoudou qui me fait trop rire : du haut de ses 2 ans et 3 mois c'est un vrai petit mec qui explose de joie à la vue d'un avion, d'un camion et de Tchoupi (oui, les hommes, les vrais adorent Tchoupi, c'est bien connu). Et une fille : une jeune fille de bientôt 6 ans, vit dans un univers de princesse où les murs de la maison devraient être peints en rose et en violet selon elle (on essaye d'être à l'écoute mais là pour le coup on fait un peu la sourde oreille).

Quoi ? Pardon ? Comment ? Les inégalités garçons/filles c'est ma faute ? JE suis à la base des stéréotypes sexuels qui créent l'inégalité entre les garçons et les filles ? PARDON ?

Entre nous une frontière infranchissable…

Garçon ou fille ?

Quand on est enceinte, on a hâte de connaître le sexe de l'enfant. Désir inconscient ou non d'un garçon ou d'une fille. Envie de préparer la chambre. Besoin de nous préparer, nous. A première vue, accueillir une fille ou un garçon dans une famille, ça n'a pas le même impact.

Pour moi, ça n'a pas été une source de stress ou de préoccupations particulières. Dès le début de mes grossesses je me doutais du sexe de bébé (et oui, mon petit pouvoir de sorcière.) Et même en le sachant, le sexe de bébé n'a jamais influencé mes préparatifs. La chambre : des couleurs neutres dans les tons beiges. Les vêtements : blancs, beiges, jaunes, bleus pour les deux. Des doudous : multicolores. Il n'y a que pour les prénoms qu'on a pas fait de l'unisexe. Encore que... Gabriel !

Pour ma fille ? C'est vrai, je plaide coupable. Elle porte un prénom féminin, Alana (calme et beauté en celte). Est-ce que ça lui renvoie l'image qu'une femme doit être calme et belle ? Peut-être, mais au final est-ce tellement négatif ?

Dis-moi comment tu joues, je te dirai qui tu es ?

Dans la home-sweet-home de la Tabatha family il y a toujours eu des jouets pour les filles et les garçons. En bonne famille recomposée, nous avons aussi régulièrement à la maison un grand garçon de 7 ans. Alors les jouets, il en faut pour tous les goûts. Des poupées, des camions, des bijoux, une mallette de vétérinaire, des ballons, des trottinettes, des dînettes... « Mon père, ma mère, mes frères et mes sœurs OHOH ce serait le bonheur »

« Les poupées c'est pour les filles, les camions pour les garçons ? » Pas de ça chez nous. ! Et pourtant, Alana adore habiller ses Barbies pour aller au bal, tandis que les garçons combattent au sabre laser dans la pièce à côté. Devrions-nous trouver des jouets unisexes et supprimer tous les jouets dits « genrés» ?

Ca c’est un jouet genre cra-cra-beurk.

Devious maids

Le samedi matin c'est grand ménage. Les garçons regardent un match de foot et les filles astiquent la maison ? N-O-N ! Tout le monde met la main à pâte. Un chiffon, l'aspirateur, le lave-vitre. Papa, maman, fille et garçons nous sommes toutes et tous les fées/princes du logis. L'heure du repas approche. Tout le monde met la table et prépare le repas.

Ouais, je sais, j'ai une famille I-DE-ALE ! (vous ne le voyez pas mais je souffle sur mes ongles en signe de satisfaction.)

Et pourtant....

Ils jouent à des jouets très variés, ils n'ont pas d'exemples stéréotypés à la maison et pourtant nos enfants sont « des vrais ».

Louis, 7 ans. Il veut devenir astronautes ou Jedi. Il adore mettre des chemisettes blanches et des shorts bleus et piquer le parfum de papa. En 3 ans il a coupé la tête à plus de 1000 ennemis. Il ne se mariera jamais parce que les filles elles sont trop nulles. Et pourtant... il adore ranger consciencieusement les figurines des princesses Disney sur une petite étagère pour qu'on les voit bien.

Alana 6 ans. Elle sera maîtresse d'école ou danseuse étoile. Elle n'a rien à se mettre parce que certains tops ne vont pas avec les jupes et pantalons dans son armoire, les roses ne sont pas identiques (et moi, mère indigne je ne m'en suis jamais rendu compte). Elle ne sort jamais sans être coiffée et ornée de fleurs brillantes et scintillantes. Et pourtant... elle court aussi vite que la lumière et ne pleure jamais quand elle tombe.

Gabriel 2 ans. Il choisit ses vêtements seuls parce que certains jours maman a la drôle idée de vouloir mettre un t-shirt lion au lieu d'un t-shirt poney ! Il monte sur son hippopotame et fonce en faisant le bruit d'une moto. Il est passionné par son zizi (et il en est très fier de son zizi.)

tu veux voir tu veux voir tu veux voir ???

Et pourtant... Il adore promener bébé en poussette et lui fait des gros câlins si il pleure.

Notre société est profondément inégalitaire et inculque à nos enfants qu'une femme doit être comme ci et qu'un garçon doit faire ça pour devenir un homme, je ne remets pas ce fait en question.

Mais très sincèrement, je crois aussi que de façon innée nos enfants portent en eux des envies, des façons de faire… qui se rapprochent parfois de stéréotypes sexués. Et si on les laissait simplement se développer comme ils le souhaitent en leur donnant toutes les cartes pour s'épanouir et grandir librement ?

signature tabatha

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !