L’ère des bébés connectés

Créé le jeudi 12 octobre 2017 08:38

Et on entend déjà la voix des mamans parfaites (ou des « jepensequejeseraiunemamanparfaite ») criant : « SORCIÈÈÈÈRE ! C’EST DE TAAAA FAAAAUTE ».

Bon, alors pour commencer, ON N’EST PAS LÀ pour critiquer qui que ce soit : on parle juste (on le rappelle, au cas-où) des choses simples de la vie qui peuvent arriver à tout le monde. Et qui nous arrivent aussi à nous, qui plus est.

Mon bébé est un geek.

Sans doute que j’y suis un peu pour quelque chose : bébé apprenant par imitation, à force de voir maman au téléphone, passer des appels, lire les actus Facebook, utiliser sa calculette et trouver des recettes de petit pot, au final, il finit par vouloir faire pareil.

Je me souviens même que Ti Tchouni, à partir du moment où il s’est mis à marcher, prenait mon téléphone dans la main en disant « Allô ? » tout en faisant les 100 pas (ou au moins 5 pas, c’était déjà ça) dans la maison, pour faire comme moi.

Au début ça me faisait rire : « Cooooomme c’est mignon ». Sauf qu’aujourd’hui, on est passé à l’étape supérieure : il choisit lui-même ses dessins animés sur la tablette familiale, sans l’ombre d’un hasard. L’image de gauche c’est pour « Tôtue » (L’incroyable destin de Samy la tortue » et l’image de droite, c’est « Tazan » (Tarzan, on y est presque).

Heu merci Monsieur mais c’est quand même pas du tout ressemblant non ?

Il va falloir arrêter de se mentir

« Et tiens, une pierre dans ton front, vilaine maman ! Toi qui a mis dans les mains de ton fils adoré une tablette pleine de dessins animés, juste histoire d’être tranquille 10 minutes ».

Je tiens quand même à préciser que les fameuses 10 minutes dont on parle ne me servent absolument pas à me préparer un mojito et à me dorloter dans un hamac que je n’ai pas, mais plutôt à ramasser les 50 pièces de construction de son dernier jeu, aspirer les 12 kilos de cheveux que je perds chaque semaine, donner à manger au chien et peut-être même, en bonus, de faire la vaisselle. Et vous imaginez bien que 10 minutes ne suffisent pas.

Alors oui, j’avoue : c’est un peu de ma faute, certes, mais encore une fois, on fait avec ce qu’on a, le tout en mode fatigue et stress, en pensant toujours à cette organisation qui ne nous quittera désormais plus jamais.

« Et merde, j’ai oublié d’acheter des couches. Et pour le jambon, je le fais plutôt avec de la purée ou bien des pâtes ? Qu’est-ce qu’il a mangé déjà à midi ? Bon… Je vais me coucher. Ah, en fait non, JE NE PEUX PAS ALLER ME COUCHER ».

Pluuuuus jaaaaaaamaaaais

Des petites pauses qui deviennent rapidement des habitudes.

Au vu du sourire et de l’énergie de Ti Tchouni lorsqu’il regarde un dessin animé (« Maaamaaaan, Tazan tapé Tig’… Tig méchant maman »), et encore plus quand on le regarde avec lui, on se dit que bébé est content.

En revanche, on se rend tout aussi rapidement compte que bébé peut devenir à l’inverse un vrai monstre lorsque l’on arrête la vidéo.

« MAAAAAAMAN VEUX GA’DER BOOOOOM »
Traduction : « Maman je veux regarder Bob l’Eponge »

Oui mais non, au bout d’un moment, il va quand même falloir arrêter la lobotomisation et reprendre une activité normale chouchou. Place aux dessins, à la pâte à modeler, aux puzzles, et tout le reste.

Je me suis aperçue qu’il pouvait vite y avoir des abus, avec un bébé se levant à 5h00 du matin en me demandant (gentiment certes) : « Maman, lé où Mickey ? ».

« NAN MAIS CA VA PAS ?! C’EST PAS L’HEURE DE REGARDER DES DESSINS ANIMES ! »

Oui, sauf que lui, il s’en fiche comme de sa première couche.

Il a donc vite fallu réguler tout ça, dire stop aux Tarzan, Roi Lion, Baby Boss, etc. pour reprendre des activités normales, et ne garder que ces moments « télévisés » pour quelques occasions seulement.

Ce qui est sympa, c’est qu’avec un peu d’explication, Bébé comprend.

Mieux vaut prévenir que guérir. Surtout un bébé geek. J’ai souvent remarqué des adolescents (et des adultes) complètement accrochés à leur téléphone pendant des repas au resto, et je m’en voudrai toute ma vie si de simples outils arrivaient à mettre une barrière entre mon enfant et moi, jusqu’à devoir lui envoyer des sms plus tard pour lui dire de venir à table.

Non non non, je ne veux pas de ça. Du coup, on évite désormais de laisser la tablette ou le téléphone à disposition (ou carrément à vue) de bébé, et quand il est en demande, on essaye d’abord de lui proposer une autre activité. Et franchement, c’est facile : un récipient d’eau, des petits jouets qui flottent, et voilà bébé qui s’occupe pendant une bonne demi-heure, en finissant par nettoyer la terrasse qui plus est.

On dirait Ti Tchouni quand il voit de l’eau, je vous jure !

Ce qu’en disent les pros

De nos jours, déjà à l’âge de deux ans, les smartphones et tablettes sont couramment manipulés par les enfants. Ce qui marque une réelle surprise pour les chercheurs.

Aux Etats-Unis, mais aussi en France les scientifiques s'interrogent sur le bon usage des écrans et les garde-fous pour prévenir la dépendance au virtuel. En 2013, l'académie des sciences a rédigé un rapport où elle donnait des recommandations suivant les âges. Ce rapport disait que « avant l'âge de 2 ans, les tablettes visuelles et tactiles peuvent contribuer à l'éveil cognitif précoce du bébé, MAIS, à condition d'être aidés des parents et de la famille, sans dépasser une utilisation de plus de 20 minutes par jour ».

Tarzan, il dure bien 1H30, c’est ça ?
Aaaaaaaaah

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !