Les Francofolies en mode inside

Créé le jeudi 13 septembre 2018 11:31

Nous les filles, on sait tout faire (sauf les pavlovas, c’est chiant les pavlovas). A tel point que parfois on se lance des défis complètement fous, comme celui de s’occuper d’un évènement musical d’une ampleur de OUF : les Francofolies. Et c’est Mlle Gaga qui s’y colle ! Anciennement plus connue sous le nom de Mlle L herself (oui parce que depuis elle a eu un deuxième bébé et elle n’a plus le temps pour rien SAUF pour les Franco), elle a décidé de partager cette expérience avec nous.

Du stress ? Quel stress ?

Depuis que j’ai quitté Melle L, il s’est passé plein de belles choses – même si vous me manquez hein. Et la plus belle d’entre elle est sans doute mon implication dans les Francofolies de Nouvelle-Calédonie.

Un homme un peu fou m’a désigné chef de la com’ (il est fou, j’vous dis) et depuis ma vie a pris un sacré tournant. Et j’avais envie de montrer l’autre côté des Francofolies. Loin des paillettes, du glamour et proche de l’amitié, du serrage de coude, des galères et des fous rires.

Même si, en soi, les paillettes, c’est quand même sympa.

Les Francofolies, c’est quoi ?

Un gros festival de musique, mais ça vous le saviez déjà. Avec plein d’artistes géniaux dedans. Mais c’est surtout un boulot monstrueux. Cette année, on est quand même entrain de construire une salle à ciel ouvert à partir d’un parking. On a lu, entendu « Ouais, mais Tjibaou, c’est tellement joli ». GARS ! On construit une salle avec des conteneurs. T’imagines pas le taf. La pauvre Claire, notre chef logistique de génie, a fait 17 versions du plan pour que ça colle avec les envies et les besoins de tout le monde.

Et il faut trouver les artistes, leur dire à quel point la Calédonie, c’est beau (bon ok, ça c’est pas la partie difficile – c’est par contre difficile de les faire venir malgré tout), puis faut gérer les billets, les points presse, prévoir tous les petits problèmes qui pourraient arriver. Etre dans le catastrophisme pour être sûr de ne jamais être pris au dépourvu (le positivisme ? C’est pour la bleusaille la bande). Il faut gérer tous les humains qui vont interagir pendant une semaine, faire en sorte que tout se passe à la perfection.

Il faut réunir tous les besoins techniques de tout le monde et trouver les machines qu’il faut. Et Titi, notre chef technique, il sait de quoi je parle. Ecrire 10000 feuilles de route (Caro, big up) pour les balances, la presse, les rendez-vous.

Il faut s’occuper du catering, que tout le monde puisse manger les jours du festival (bénévoles et équipes), gérer aussi les repas dans les loges (VIP ou artistes), dénicher des pépites d’alimentation liquide. Le rôle de notre Georges est ESSENTIEL. Moi si je ne mange pas, je bouffe tout le monde. Il faut trouver des partenaires parce que sans partenaire, on ne peut pas faire grand-chose. Il faut qu’ils soient géniaux (ceb on a géré, ils sont géniaux) en plus d’être généreux. Il faut ensuite prendre soin d’eux, parce qu’ils le méritent. La culture a été souvent abandonnée, elle est pourtant essentielle. Certains partenaires l’ont compris. Du coup, on leur a envoyé Perrine qui en sans doute la personne la plus douce du monde. Il faut écrire un plan média sur trois mois. Trouver des idées originales, les voir échouer lamentablement (je ne me remets pas de l’échec de mon Monday Like qui a eu 15 misérables likes), recommencer, y arriver, se replanter et prendre un peu de recul.

Il faut organiser le village (Nouvelle-Calédonie la 1ère – big up la bande) pour offrir au public un vrai spectacle original, entièrement gratuit en plus. Dénicher des petites boutiques pour notre Marché, trouver des foodtrucks puis laisser un partenaire le faire à notre place (Eva <3) devant l’ampleur de la tâche. Il faut trouver des artistes locaux, des spectacles (merci le POEMART), créer un espace enfant pour que tout le monde y trouve son compte.

Il faut trouver des bénévoles et les gérer parce qu’ils ne sont pas 10 voyez-vous. Il faut réussir à les réunir, les motiver (parce que sans eux, il n’y a pas de festival), leur donner de la bonne humeur, du rêve, de la joie de vivre. Heureusement, Romain et Maeva en ont à la pelle de la joie de vivre.

Il faut s’assurer que la sécurité soit optimale pour qu’aucun riverain ne souffre de notre présence et que tous les festivaliers se sentent bien. Respecter les autres, c’est vital pour nous, c’est notre leitmotiv. Pour chacun d’entre nous. Et Cyril est presque allé voir tout le monde pour rassurer. Un cœur énorme, notre Cyril.

Merci, mais, vraiment, MERCI.

Enfin il faut s’assurer que tout le monde aille dans le bon sens et faire plein de choses bien relou pour que tout roule. Ça c’est le rôle du Chef. Notre big Boss. Chris. Il tient tout d’une main de velours sans jamais s’énerver (mec, tu fais comment ?)

Voilà, mine de rien, j’ai cité toute notre équipe. Nous sommes 12 : Une chef logistique, une chef des partenariats, un chef technique, un co-chef et une co-chef bénévole, un chef de l’alimentation (liquide), un chef de la sécurité, un chef régisseur, une chef d’accueil artiste, une chef de communication et un grand chef qui chapote. Ouais, on est tous chef, on a presque la parité. Bref, on est visionnaire et on a des muscles de titan (on a le droit de se la péter, c’est la nouvelle chef de Melle L qui nous l’a dit).

Et le 14 et 15 septembre, on vous offre un festival de malade :
Vendredi 14 septembre : Brigitte, Slimane, Christophe Willem, Vaiteani et Gulann

Samedi 15 septembre : IAM, Vald, Kalash, L’entourloop et Pacifika Hood

Samedi dans la journée, sur le Village Nouvelle-Calédonie La 1ère, il y aura Yenu, Kass Pa, InControl, Haut Parleur du Pacifique avec Paul Wamo, Kapa Kapa, Kalaga’la, Kaori et Baraka.

De la bouffe, un petit Marché de malade, des jeux pour nos bébés et nos plus grands………

Bref, on vous offre notre cœur, notre sueur et certainement un bout de notre âme.

Je vous laisse tout mater sur le site www.francofolies.nc et je vous attends les filles. Baie de la Moselle. Cherchez les conteneurs bleus et la bonne musique, vous devriez nous trouver.

Et pour les places, c’est par ici : Eticket

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !