La nuit de la lecture le 14 janvier

Créé le jeudi 12 janvier 2017 13:42

Il était une fois… Une petite fille qui ne savait pas lire et qui pourtant ne pouvait pas se coucher sans parcourir une histoire…

Quand j’avais 4-5 ans, je rêvais de savoir lire. Je prenais les Achille Talon de mon père et je regardais les grosses bulles remplis de mot en me disant : « un jour je comprendrai ». Le CP est arrivé et dès lors, je n’ai jamais cessé de lire. Preuve : j’ai même fait lettres modernes tellement je kiffais. Mes lectures n’ont pas toujours été à la hauteur de l’intellectualisme le plus sévère. A 10 ans, j’ai eu ma période Barbara Cartland ou Virginia C. Andrews qui m’avait « tuée » émotionnellement avec la saga des Fleurs Captives. Après je suis tombée chez Stephen King. Comment ça je ne suis pas très stable dans mes lectures ? Y’a de l’amour aussi chez le King. Enfin un peu. Bon ok, y’en a pas. Mais franchement quand vous lisez « Marche ou Crève » - écrit sous le pseudo de Richard Bachman, vous vous retrouvez aussi déprimée que Virginie qui attend son bel étalon sous le pommier de son domaine (Barbara Cartland’s effect).

aaaaaaaaaaaargh !

Vers 18 ans – pile pendant le bac – j’ai découvert Barjavel, que j’ai préféré lire plutôt qu’étudier. Quatre bouquins pendant les révisions : Ravage , le Grand Secret, L’enchanteur et la Nuit des temps. Autant vous dire : j’ai pas eu de mention. M’en fous, moi ce que j’aime c’est lire. S’en est suivi une très longue période Fantasy avec la plus grande saga de tous les temps (en dehors des classiques comme le Seigneur des anneaux) : la balade de Pern. Une tuerie. Sans oublier Harry Potter découvert à la même époque.

Je vous rassure, j’ai lu de très bons livres « classiques » aussi hein, mais j’avoue préférer le 20e siècle. Ca serait impossible pour moi de vous donner toutes les lectures que j’ai pu faire au long de ma vie. Vu que je lis à peu près un livre par semaine, mon cerveau les oublie pour laisser la place à d’autres, car quand je lis, je vis. Je vis avec les personnages, je subis leur drame, je ris avec eux, je me transporte totalement dans leur monde. C’est mon évasion à moi. Ma bulle d’air (drôle vu que j’ai commencé à lire sur des bulles… de BD).

Un livre peut vous marquer à vie. Et personnellement, chaque période de mon existence est marquée par un livre : Enfance : Achille Talon – et je vous rassure, j’y comprenais que d’pot. Juste, il me fascinait et m’a permis d’apprendre un nombre de mots chics impressionnants. Ainsi que des insultes d’un autre temps comme « cuistre » ou « paltoquet” ou “pleutre” ou plein d’autres.

Cuistre de paltoquet pleutre !!!!

Adolescence : Marche ou Crève donc de Richard Bachmann. C’était un peu ce que je ressentais au collège.

Adolescence 2 : L’enchanteur de Barjavel ou l’histoire d’amour passionnée et inassouvie de Merlin et Vivianne (ce qui m’a amenée à faire mon mémoire sur Merlin d’ailleurs). Mais aussi l’amour au temps du choléra, une merveille. Rhooo et les Boris Vian. Sauf, J’irai cracher sur vos tombes. Je n’ai pas accroché celui- là. Jeune adulte : la Balade de Pern, Le seigneur des anneaux, Harry Potter et l’Apprenti assassin de Robin Hobb (une tuerie dans tous les sens du terme) – c’est ce qu’on appelle des envies d’évasion.

Jeune adulte (j’ai arrêté de vieillir c’est pour ça) : Je me suis mise au policier. Une envie soudaine d’enquêter. Je vous rassure : pas de Mary Higgins Clark pour bibi, je préfère la délicatesse de Preston and Child. A côté de ça, j’étais à fond dans les Fleurs du Mal avec mon poème préféré L'Héautontimorouménos (un point de plus si tu retiens le titre – qui veut dire le bourreau de soi-même).

Je suis de mon cœur le vampire,
-Un de ces grands abandonnés
Au rire éternel condamnés
Et qui ne peuvent plus sourire!

Ben quoi ? J’étais ado les gars, of course, j’étais dark, flippante et légèrement déprimante. Jeune maman : Stephen Baxter et sa saloperie de Déluge qui m’a donné envie de vomir et de me suicider quand j’étais enceinte. Imaginez le monde va bientôt se transformer en Waterworld (SANS Kevin Costner – ouais d’un coup, ça baisse en intensité hein ?) J’aime pas l’eau profonde, j’ai une peur phobique des requins et clairement mes cheveux en permanence soumis à l’iode marin serait une catastrophe esthétique pour moi. #canichestyle Jeune maman bis : La Voleuse de Livres. Je pleure encore sur ce bouquin.

Jeune adulte qui refuse de vieillir et qui se dit mère d’une famille nombreuse alors qu’elle n’a que deux enfants : l’amour de ma vie littéraire, aka Joël Dicker qui a écrit l’excellent L’affaire Harry Québert qu’on connaît tous mais aussi deux pépites moins « best seller », à savoir le Père de nos pères et le livre des Baltimore. Cet homme. Mon dieu cet homme je l’aime d’un amour sans nom. Une vraie groupie. Tellement que je lui ai même écrit et qu’il m’a répondu. #pipiculotte comme dirait Emma. GROS #pipi culotte.

«Chère L,

Merci de votre message !
Je suis très heureux que les deux livres vous aient plu. Merci d’avoir pris la peine de m’écrire !
C’est incroyable que mes livres soient lus « au bout du monde ! »

A bientôt pour un prochain livre.

Amicalement,
Joël Dicker

#leplusgrospipiculottedumondeenplace

Joëëëëël on t’èèèèème. What else ?

Bref. Pourquoi je vous raconte ma vie littéraire ? Tout simplement parce que le 14 janvier, le gouvernement français a instauré la nuit de la lecture dans les bibliothèques et les librairies de Métropole et la Maison du Livre participe à l’évènement.

Au programme, des lectures pour voyager, se détendre avec deux temps forts :
Chapitre I : 17h-19h lecture pour le jeune public et les familles
Chapitre II : 19h-22h extrait de poésie, slam, roman ou nouvelle.
Et plein de surprises !

Le 14 janvier, tout ne sera que calme, luxe et volupté…

Plus d’infos, sur la page facebook de l’évènement

signature melle l

Partager sur

Vous aimez cet article?

Commentaires   

 
#1 Poulpe 14-01-2017 07:24
Et y a même la bibliothèque de Thio, qui fait la Nuit de la lecture. Valab' !
Citer
 

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !