La journée internationale des familles

Créé le lundi 15 mai 2017 09:02

Stéphania, 40 ans et 5 enfants.

Le 15 mai, c’est la journée internationale des familles. En cette occasion, nous partageons avec vous le témoignage de Stéphania, maman d’une jolie famille de 5 enfants.

Entre galères et multi-boulots, cette maman courage (comme beaucoup d’autres) trouve sa force dans le sourire de ses enfants.

 

Il était une fois...

Stéphania, maman d’une famille nombreuse : Leslie (22 ans), Océane (21 ans), Warren (18 ans), Camille (14 ans) et Alexandre (12 ans).

Cinq enfants, 3 papas différents. Des machines à laver qui n’en finissent pas, un emploi du temps qui ne désemplit pas, des déceptions, des rêves, mais surtout, beaucoup, beaucoup d’amour.

C’est à l’âge de 17 ans qu’elle entendît battre pour la première fois le cœur de son aînée. Alors qu’elle ne s’imaginait pas être maman d’une grande fratrie, c’est là que tout a basculé : des enfants, elle en voulait et rien ne l’inquiétait. Sans emploi, mais avec la volonté de s’en sortir, elle commença des petits boulots de ménage pour gagner un peu d’argent et élever sa première fille toute seule.

Quelques mois plus tard, elle rencontra le père d’Océane et de Warren. Une histoire qui dura 4 ans... avant de repartir à zéro. De déménagement en déménagement, afin de trouver un coin tranquille pour élever ses trois enfants et avec la précieuse aide de sa famille et notamment de son frère, elle avait déjà pour habitude de scinder son quotidien en 4 : la journée elle travaillait dans un snack, la soirée dans un restaurant, entre les deux elle faisait du repassage et seulement après, elle profitait de ses enfants... qui dormaient déjà lorsqu’elle rentrait.

De la frustration ? Oui. Beaucoup. Le fait de ne pas les avoir vu avoir pu profiter d’eux étant petits. Le fait d’avoir 23 ans et de ne pas pouvoir profiter de sa jeunesse comme ses autres amies. Mais elle le dit et le répète « J’assumais complètement. A cette époque, je leur disais que je faisais tout ça pour eux, pour qu’ils ne manquent de rien. Je me suis oubliée pour leur bien ».

Après un deuxième échec sentimental et un divorce compliqué, Stéphania reste seule pendant deux ans, avant de retomber amoureuse. « Il était différent ». C’est avec ce troisième papa que naquirent Camille et Alexandre. Un papa qui finalement, a prit la place du vrai papa de toute la fratrie, et qui aida à une organisation presque militaire pour pouvoir vivre un quotidien plus serein, même si chaque activité ou déplacement était calculé :

« On emmenait les enfants à l’école à deux voitures : les véhicules grand-espace étant beaucoup trop chers pour nous. Du côté des courses, par mois, nous avions un budget de 60.000 francs à ne pas dépasser, afin de pouvoir payer le loyer et toutes les autres charges. A défaut de pouvoir offrir le manège à nos enfants, nous faisions beaucoup d’autres activités en extérieur : de la simple marche aux campings réguliers qui nous permettaient de changer d’air et de sortir de notre appartement. Notre petit bonheur, c’était aussi d’aller à la mer : mes heures supplémentaires me permettaient parfois de leur acheter un cornet de glace. C’était magique ».

Côté buanderie, le tambour de sa machine à laver tournait près de deux fois par jour. On ne parlera même pas des grasses matinées : Stéphania ne les a connu que (trop) tardivement. Les petits bobos et les microbes étaient bien sûr partagés, et une simple conjonctivite devenait très vite problématique pour l’ensemble de la famille. Malgré tout, Stéphania garde encore le sourire et s’applique à dire que le fait d’avoir responsabilisé très tôt ses enfants l’a beaucoup aidé dans son rôle de maman.

Pendant plus de 10 ans, le quotidien a donc tenu la route. Même si le rêve de posséder une maison à soi et de partir en voyage était encore loin de se réaliser. Mais la vie réservant des surprises, le « troisième » papa quittait le nid à son tour.

Pour autant, Stéphania n’a pas baissé les bras : elle se sentait forte comme une lionne grâce à ses lionceaux, et notamment grâce à Leslie, l’aînée, qui l’a beaucoup aidé et avec qui elle partage une complicité sans faille.

Avec un salaire de 130.000 francs à l’époque, sans pension alimentaire ou presque, Stéphania a donc du saisir toutes les opportunités, les bons plans, gratter ses achats au franc près, faire des demandes de bourse pour ses enfants et surtout continuer d’être une femme, une vraie.

Coquette, elle m’explique qu’elle prenait soin d’elle une fois que tous ses enfants étaient couchés. Elle a d’ailleurs commencé à vivre une vraie vie hors famille depuis quelques années seulement, profitant de quelques moments de répit pour des sorties avec ses collègues et des amis : « aujourd’hui mes enfants sont grands. Ils peuvent se gérer et gérer les plus jeunes en solo, au moins pendant deux heures ».

Stéphania n’a jamais eu besoin de « prendre l’air » ou de fuir son nid et ses oisillons. Bien au contraire. Son plus grand plaisir reste de les avoir tous auprès d’elle, même si depuis peu, deux des plus grands ont quitté le cocon : « j’ai hâte d’être à la Fête des Mères, car c’est l’occasion de se retrouver tous ensemble autour d’une même table et de fêter ce pourquoi je suis si forte aujourd’hui ».

No regret. Jamais. Stéphania est fière d’avoir fait ses 5 enfants, même si encore maintenant, pour palier aux coups durs, elle jongle entre son poste de commerciale vendeuse et les petits boulots. Avec un après-midi de repos par semaine, qui lui permet de s’occuper de sa maison et de ses enfants, elle arrive encore à garder son dynamisme et son rire communicatif, sans aucune cerne sous les yeux.

Son rêve ? Pouvoir réunir assez d’argent pour emmener tous ses enfants en voyage. Tous en même temps.

Merci Stéphania pour ton témoignage.



Stéphania témoignage

« Ne rien demander et ne se plaindre de personne, est une excellente recette pour être heureux » - Louis de Bonald

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !