Le ZD ou Zéro Déchets

Créé le vendredi 10 novembre 2017 09:02
Ce samedi 11 novembre, c’est la Journée de la Transition Urbaine. L’occasion pour Mlle Sofi de nous parler de sa passion... pour le ZD !

Ou comment je fais du bien à mon corps, ma CB et la planète en même temps !

Souvenir des cours de SVT (Sciences et Vie de la Terre pour ceux qui auraient zappé) en quatrième : à cette époque, on apprend qu’il existe une prédisposition génétique à contracter telle ou telle maladie.

Moi à 30 ans, j’ai découvert mon penchant à aller finir mes jours dans une yourte, en fabriquant mes savons au lait de coco permacultivé et compostant ma brosse à dents végétale. J’ignore encore si c’est cette prédisposition, jusqu’alors plus ou moins endormie, qui m’a poussée à travailler dans le marketing de grande distribution, pour compenser la tendance et avoir l’air normale (« si si, en achetant ce déodorant aux dérivés de pétrole et à l’aluminium, ta vie amoureuse va prendre un nouveau tournant »), ou si inversement, c’est en travaillant dans le haut consumérisme que j’ai développé cette bipolarité « achat de Jimmy Choo compulsif / recyclage d’épluchures de pommes de terre en papier brouillon ».

Non, la brosse à dents compostable ne donne pas un « arbre à brosses à dents », même en l’arrosant bien.

Dans tous les cas, cette prise de conscience prend de plus en plus de place dans ma vie. J’ai décidé de lister les signes alarmants de conversion à la « yourte attitude » :

- Je trie mes déchets et je nettoie ma maison au vinaigre et au bicarbonate de soude exclusivement
- Je fais mon produit vaisselle, ma lessive et mon assouplissant avec des ingrédients 100% naturels et dans des bouteilles recyclées (merci les apéros)
- Je shoppe avec mes tupperwares et cabas pour limiter la surconsommation d’emballages
- Je fais mes yaourts et mes barres énergétiques
- Je m’exfolie au marc de café et m’hydrate les cheveux à la farine de pois chiches, au miel ou justement, au yaourt maison (promis, les barres énergétiques, je ne les mets pas dans mes cheveux)
- Je fais germer des graines et je fais tremper les amandes 8h avant de les consommer, et je donne l’eau chargée en acide phytique à mon potager de balcon
- Je transporte mon déj dans des bocaux en verre et je pique-nique avec des ecocups
- Je fais du compost dans mon appartement et mon coffre de voiture est une poubelle de tri
- Je fabrique mes « wraps » à la cire d’abeille pour remplacer le cellophane et l’alu.

Prochaine étape : l’éponge tawashi en fibres recyclées

La liste n’est pas exhaustive car ces gestes sont rentrés dans mon quotidien, et j’ai même du mal à les discerner de mes anciennes habitudes, mais il est certain que si on m’avait demandé de faire le quart de tout ça il y a quatre ans, j’aurais ri et serais retournée tartiner mon huile de palme sur de la brioche importée. Parce que je ne vous ai pas dit, mais j’ai aussi dans mes gènes la prédisposition à la flemme monumentale, celle qui me fait utiliser des kleenex pendant 2 jours plutôt que descendre racheter du PQ. Pourtant, tous ces gestes se sont invités dans mon quotidien comme pour les toilettes du bureau : par soucis de laisser un endroit clean aux prochains occupants. Et surtout, pour n’acheter et ne consommer que des choses essentielles qui me font du bien, dans un souci de simplicité et de bienveillance envers moi-même et envers la planète.

Si le délire zéro déchets vous titille aussi, sachez que le mouvement se fait doucement sa place en NC et touche même les collectivités :

- La mairie de Nouméa organise des sessions de formation au compostage très complètes, à l’issue desquelles vous recevez un bon à échanger contre un composteur de jardin pour 2.000F. Il existe également des formations à la permaculture, des ateliers de fabrication de produits ménagers, et on ne présente plus les centres de tri de la ville permettant de recycler un grand nombre de matériaux. La Mairie a également confié des poules à des foyers témoins dans cette démarche,

- Le groupe Facebook Zéro Déchet en Nouvelle-Calédonie permet d’échanger idées et initiatives locales, et le groupe ZD Créations permet d’acheter ou de vendre des créations locales très utiles (sopalin ou disques démaquillants réutilisables, éponges tawashi, cabas de courses etc.),

- De plus en plus de commerces permettent de faire vos courses sans emballages, en apportant vos contenants. Une liste est disponible sur le groupe Facebook Zéro Déchet en Nouvelle-Calédonie. Le chocolatier Morand propose notamment une remise lorsque l’on achète avec son propre contenant, et brade les produits de fin de journée à partir de 17h30 pour ne pas les jeter,

- Des coopératives privilégiant les circuits courts mettent en relation les consommateurs et les producteurs en proposant par exemple des paniers de fruits et légumes sur un système forfaitaire : l’Ecopanier, les Paniers des Filles, Légumes du Nord…

- Certaines institutions mettent en place des labels et des certifications afin d’accompagner l’économie locale vers une transition zéro déchet : Chantier Vert, Commerce Eco-Responsable, Imprim’Vert, Garage Propre, Assiette Verte, Biopasificka…

- L’association Colibris met en place des Repair Café durant lesquels des personnes se proposent de réparer vos objets cassés

- L’asso Mocamana, à l’approche des fêtes de fin d’année, vend des sapins en pot que vous pourrez retourner après Noël pour qu’ils soient replantés dans la nature,

- Des groupes Facebook invitent à donner ou échanger les objets dont vous n’avez plus l’utilité : Free your stuff Nouméa, Troc aux plantes NC…

N’hésitez pas à faire un tour à la Journée de la Transition Urbaine, ce samedi 11 novembre au parc de Rivière Salée, au cours de laquelle de nombreux acteurs du ZD seront présents pour vous faire découvrir leurs initiatives.

Mlle Sofi

Crédits images : EcoBamboo, Meliecoop

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !