La phagocytose

Créé le mardi 14 mars 2017 15:03

Miss Upside Dawn rejoint à nouveau nos colonnes, et c’est avec grand plaisir que nous l’accueillons. Aujourd’hui, elle s’interroge sur notre surprenante capacité à nous auto-digérer… enfin…

Ancienne étudiante en Science (c’était il y a longtemps…) j’ai toujours été captivée par ce que la nature arrive à produire (surtout avec tous les bâtons qu’on lui met dans les roues.) Aujourd’hui, j’aimerais aborder le sujet de la phagocytose. Mais qu’est-ce donc ?

Internet étant notre ami, en voici une définition simplifiée :

La phagocytose est le processus permettant à une cellule d'englober puis de digérer une substance étrangère (merci Doctissimo).

OK. Mais POURQUOI parler de phago-truc sur Mademoiselle L ??? Je ne remets pas en doute l’appétence des lectrices et lecteurs pour la science, mais ce n’est quand même pas l’endroit rêvé pour discutailler expérience, tube à essai et laboratoire, non ?!

Et bien c’est parce que c’est une ANALOGIE ! Ahah ! Tout s’explique ! Enfin… bientôt (promis).

N'avez-vous jamais connu cette sensation d'étouffement, ce sentiment d'être prise au piège dans votre propre vie ? Comme si on vous avait mangée toute crue et que « pouf », vous aviez disparue ? Vous l’avez déjà ressenti ce malaise, ce petit quelque chose qui vous dit que quelque part, ça cloche… Cela peut s’étendre à tous les domaines, amour, santé, travail, relation sociale, passion… Non ce n’est pas un remake de l’horoscope.

Ooooooh nooooo

Sérieusement. En ce moment, côté boulot, ça ne va pas fort. Je me sens prise au piège par le travail : Beaucoup d’heures (souvent sup’), des chefs pas toujours à l’écoute, … et à la maison une seule musique qui tourne en boucle « hum, j’ai oublié de faire ça, je n'ai pas eu le temps de finir ça... Ninaninana … » Bref, jour et nuit, la case « travail » reste allumée dans un petit coin de ma cervelle et même auprès de Chéri-Chéri je n’arrive pas à calmer la tempête.

Oui. Le travail c’est important.

Oui. Avoir une conscience professionnelle c’est bien. Oui. Vouloir donner le meilleur de soi à son métier, c’est honorable ! Sauf qu’à un moment il faut savoir dire STOP. Entre 8 et 10 heures par jour à son bureau, c’est déjà beaucoup, non ? Plus de la moitié de la journée (hors sommeil) consacrée au « boss ».

Du boulot à ne plus savoir qu’en faire ! Et HOP sans qu’on s’en rende vraiment compte, on s’est fait phagocyter. Si on n’y prend pas garde, la personne que nous sommes en tant qu’individu, en tant que personne pensante et indépendante, finit par se faire gober et s’oublier. Et ce n’est pas réservé au travail ! Démonstration ! (on se la joue scientifique ou on se la joue pas ? * remet sa blouse et ses lunettes en plastique *)

Cas suivant : les amours !

Petit artichaut au cœur fondant et fondu, jusqu’à tomber sur l’HOMME ou la FEMME, nous nous prenons des gamelles -parfois monumentales- en pleine figure. Et dans certains cas, c’est parce que, comme avec le travail, on s’est fait phagocyter. Oui oui oui. J’explique.

Au début, l’amour c’est toujours tout beau, tout doux, un petit nuage aussi délicat que terriblement torride (aïe aïe CARAMBA !!! chaleur chaleuuuur). On a l’impression qu’on s’aimera toute notre vie et le pire, qu’on sera toujours soi-même. « De toute façon, s’il m’aime, il me prendra comme ça et puis c’est tout ! ». Oui, oui, belle illusion des premiers mois. Doucement, on faiblit. Puis on entre dans la routine « Ben oui tu sais très bien, mardi c’est le foot de Jean-Mi, il m’a demandé de venir, je peux pas lui refuser ça ». On peut aller jusqu’à ne pas se reconnaître « bizarre, avant t’aurais jamais fait ça, qu’est-ce que vous avez fait de ma copine ? » .

Ca ne vous rappelle pas quelque chose ????

La PHAGOCYTOSE

PHA-GO-CY-TOSE ! Si on reprend la définition,

"Petite substance étrangère qui se fait englober par une cellule !"

Jusqu’à se faire DIGERER !!! Effrayant n’est-ce pas ? D’un côté on parle souvent de « passion dévorante », ça viendrait peut être de là, qui sait ?

Ce ne sont que des exemples et on pourrait en prendre tellement d’autres. Essayons de faire concis-précis (c’est bô la science)

- Relation sociale : Ne faites pas les innocents, TOUTES, sans exception, à l’adolescence, on voulait intégrer un groupe cool, branché, avec la nana canon et le beau mec (sportif) du lycée (c’est un cliché et alors ?). Ou encore, avec ces « génies » qui réussissent en tout et nous donnent des complexes d’infériorité. On s’est toutes, dans notre adolescence, sentie mal dans notre peau… A trop vouloir faire partie d’un groupe d’individus idéalisés, on en oubliait au final, que nous aussi on était une personne chouette et qu’on n’avait pas à ressembler ni à une bimbo ni à un Einstein pour être quelqu’un. Etre nous, c’est bien déjà, non ?

- Passion / Hobbies : Dessiner, danser, courir, manger 2 litres de glace au chocolat tous les jours, … Chacun sa passion et ses habilités. Une passion, si elle n’est pas maitrisée, peut nous dévorer. Se réaliser diront certains, mais également se perdre, si si, j’en suis presque sûre. Une passion, emmenée à son paroxysme crée forcément une carence quelque part… Petit exemple : j’ai connu un gars qui jouait de la guitare, il se dévouait tellement à son art qu’il jouait jusqu’à s’en faire saigner les doigts ! Perso, testé, pas approuvé… Cependant je ne dis pas qu’avoir une passion c’est mal, très loin de moi cette idée ! Je dis juste qu’il ne faut pas se laisser phagocyter, pardon, dévorer.

En fait, pour être honnête, je pense vouloir démontrer que :

Avoir une vie équilibrée, c’est la meilleure chose que l’on puisse rêver !

Bref. J’en ai marre de mon boulot.

Miss Upside Dawn

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !