Le pire du pire de la drague sur Facebook

Créé le mardi 10 octobre 2017 08:57

Facebook, c’est à la fois un espace privé, mais aussi public... Avec ses avantages et ses inconvénients...

A la base, Facebook, c’est quand même vachement utile.

On y retrouve les ami(e)s de longue date, on garde le contact avec la famille éloignée, on publie des photos, on rigole pas mal devant les vidéos virales humoristiques qui pullulent sur le fil d’actualité, on vomit aussi devant certains posts concernant la guerre en Syrie, les attentats dans le monde et les abattoirs d’animaux, MAIS, il n’y a pas que ça.

Facebook a sans doute du détrôner tous les types de sites de rencontre : il est gratuit, les photos sont plus ou moins accessibles (mais on finit toujours par y arriver) et il se peut même que l’on y trouve le numéro de la personne qui nous intéresse, en plus de connaître ses loisirs et activités si on creuse un peu... Et surtout si on a des amis en commun et que le profil de la personne est relativement visible par tous. Ou pas.

Du coup, les demandes d’amis n’en finissent pas. Les mecs (parce qu’on parlera d’eux) « tâtent le terrain ». Et sinon, tu voudrais pas tâter ma main ?

Le top 5 des dragues les plus nulles sur Facebook.

1. La photo de profil qui tue.
Sérieux les gars, faites un effort : vous savez très bien que TOUT commence par là :

« Tiens une demande d’invitation, c’est qui ? (Clic sur la photo de profil) RHAAA MAIS C’EST QUI CE MEC ?! »

Ce mec, c’est le gars qui s’aime. Qui se sur-kiffe même. Sa photo de profil ? Lui en mode selfie, à la limite de la bouche en cul de poule (car oui, il y a des mecs comme ça). Ce qu’il montre le plus : sa dernière coupe de cheveux, sa montre dernier cri ou encore, sa plaque d’abdos prise en selfie, ou devant son miroir : AU-SECOURS. Nous, les « Moijeumaime », on en peut plus.

Alors avec la moto, n’en parlons pas...

Mais il existe aussi d’autres versions !

La version : « je sais que je suis pas super terrible, et que je ne fais rien pour m’arranger » => Soit la photo floue, prise au réveil dans un lit simple (car célibataire depuis ses 15 ans) avec une espèce de sourire chelou qui fait flipper, ou encore, d’un regard qui voudrait dire « j’aimerai bien te faire plein de choses, mais je suis puceau ».

Ou la version : « je fais la fête, tout le temps. Tellement que je pose même avec des bouteilles d’alcool en faisant le V de la Victoire ».

Au secours. Next.

2. Le pseudo qui vient d’ailleurs.

Et bien non : le next n’est pas mieux. On ne clique pas sur les demandes d’amis de :

- « Cro Magnon »
- « Prince of the hearth »
- « Toulov Ouégoa Represent »
- « DjahLove Make Me Dream »
- « Donne Moi Tout Doudou »

Va falloir mettre un vrai pseudo. Quitte à mettre votre surnom. Mais ce sera déjà bien en terme de contact.

3. Le gars que "tu acceptes" et qui ne te lâche plus.

Le genre de mec que tu as croisé deux ou trois fois et que par simple gentillesse (étant donné qu’en soi, il était quand même gentil lui aussi) tu as accepté dans tes amis Facebook.

Ô grand malheur : le mec ne te lâche absolument plus. Pourtant, tu lui as déjà refusé 25 propositions d’apéro, de ciné ou de visite du parc forestier en lui détaillant évidemment que tes journées étaient surchargées car tu passais beaucoup de temps avec ton amoureux que tu aimes plus que tout au monde. Et bien pourtant, ça ne marche pas.

Qu’est ce qu’ils ne comprennent pas dans le « non, merci, c’est gentil, je veux pas boire de verres avec toi, et puis si tu pouvais éviter de me parler toutes les 30 secondes, mais aussi en pleine nuit, ce serait vraiment sympa » ?

Un conseil : soit vous le virez, mais vous risquerez de vous faire passer pour la méchante, et de recevoir 250 messages du mec désespéré : « mais quoi ? Qu’est ce que j’ai fais ? Pourquoi tu veux plus être ma copine ? Mais moi je t’aime bien moi », soit vous laissez faire : au bout d’un moment il se lassera.

Autre conseil quand même : si le mec insiste un peu trop et commence à vous envoyer des messages du style « Tu vois, tu m’avais dis que tu serais occupée ce soir avec ton amoureux, mais là, je suis devant chez toi, et tu es en train de faire la vaisselle », bloquez-le, achetez-vous un chien de garde, changez d’identité, et fermez vos volets.

Il ne faudrait quand même pas que ça finisse mal...

4. Le mec qui joue sur les mots.

Ca, c’est le mec chiant par excellence : il est capable d’interpréter ton « oui ça va merci » en un « oh oui pécho moi pécho moi ».

Encore plus collant que le pot de colle précédent, le mec qui joue sur les mots est de toute façon persuadé que si tu as accepté son invitation, c’est que tu es ouverte à toute autre proposition. C’est beau de rêver.

Du coup, comment s’en sortir ? Même si vous ne répondez pas à ses avances, il pourrait sortir la jolie phrase du « qui ne dit mot, consent ». Et en plus, sachez que ce genre de type criera sur tous les toits qu’il est sûr de vous plaire, et que « c’est pour bientôt ». Alors on stop. On le vire. Un point c’est tout. Et attendez-vous à en apprendre des vertes et des pas mûres à votre sujet :

« Dis, c’est vrai qu’il a fini par te sortir de ses amis Facebook parce que tu le harcelais de messages ? ». Hum.

5. Le mec qui te dit juste « bonjour ».

Ca peut paraître bête et super hautain de ma part, mais même si ça partait d’un bon sentiment, le bonjour « seul » (précisons-le) c’est d’UN CHIANT.

Bien souvent, il y a toujours un intérêt à une discussion FB :

• à la meilleure copine : « HEEEEY ma chouuuuu ça va ou quoiii ? Alors, tu t’en sors avec le boulot ? »
• à maman : « Maman, dans un ragoût, les carottes c’est obligatoire ou pas ? »
• à chéri : « Tu pourras me prendre du coca light en rentrant chéri stp ? »

Mais là, avec ce genre de gars, l’intérêt s’arrête à : « Bonjour ». Point. Le mec, il a juste été content de t’avoir dit bonjour. Alors certes, c’est gentil. Mais ensuite ? Il y a plusieurs options :

- soit le mec te dit bonjour, et cherche désespérément à te parler d’un truc inutile, mais fini par abandonner.
- soit le mec te dit bonjour, et s’est fait enlevé par les extra-terrestres juste après.
- soit le mec te dit bonjour, et il pense déjà à la prochaine fois qu’il te dira bonjour sur Facebook, soit... demain. Et tous les autres jours de ta vie. Flippant.

PS : on parle du « bonjour » écrit mais aussi de ce bonjour (de m...de ) avec le petit émoticône « Hello » tout pourri.

Moi, un mec qui dit juste « bonjour », je l’imagine un peu comme ça... Gentil hein, mais... Comme ça.

Quoi qu’il en soit, même si Facebook nous donne la possibilité d’apprendre à se connaître (soit avant de se rencontrer, soit davantage pour creuser un peu), il y a quand même des « codes à respecter », qui sont finalement les mêmes lorsque l’on se voit en vrai ! En gros, au bout de 5 minutes de conversation, on évite les blagues salaces, les invitations trop poussées, les déconnections sans explications, les « pokes » (WTF, qu’est ce que c’est que ce truc inutile ?) et les messages à pas d’heure juste pour nous dire que notre père est un voleur parce qu’il a volé toutes les étoiles de machin nin nin etc.

Ah mais j’oubliais... C’est sans doute parce qu’on doit se sentir beaucoup plus fort derrière un écran... C’EST POUR CA !

Partager sur

Vous aimez cet article?

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !