Vêtements Cheap = Salaires Cheap

Créé le mardi 7 mars 2017 10:03

La mode, c’est bien. L’écologie aussi. Mais un vêtement à la fois « Mode » et « Éco-responsable », ça existe ? Nan, parce que le style sac de toile de jute, avec imprimé arbre sur fond kaki, bof bof bof. On a été demander à une passionaria d’éco -Fashion, Alix, alias Calamity, créatrice des vêtements Calamity Bay, de mener l’enquête pour nous…

Et cette semaine, Calamity s’intéresse à une équation toute bête :

Vêtement cheap chez nous = salaire cheap chez eux.

Comme j'en avais marre de discuter avec moi-même, je suis allée prendre le café chez ma copine styliste Anne – Cécile, créatrice de l'Atelier Robes de Mariées.

Anne Cé, elle est branchée nature jusqu'au bout des ongles. Elle est même encore plus rigoureuse que moi sur les bonnes pratiques écologiques… La preuve ? Elle a créé une marque de couches lavables made in NC : Petits Bourgeons.

D’ailleurs, ensemble, il y a quelques temps, on a participé à la journée de la transition urbaine au Parc de Rivière Salée avec l'association Malev'a, sur la partie textile. A cette occasion, on avait fait quelques recherches sur le sujet. Car oui, oui, même la mode entame sa transition écologique.

En route vers une mode écolo et respectueuse de la nature !

Nous voici donc, Anne Ce et moi, en train de siroter un bon café, et de parler chiffons…

Calamity : Tu pourrais me parler de l'impact de l'industrie textile sur l'humain ?
Anne – Cécile : le coût humain se paie à plusieurs guichets. Déjà...
C : Atta atta atta, pas de termes moralisateurs pas compréhensibles, hein ! Sinon y’a personne qui va lire mon article !
A-C : Ok, on va faire simple. Si on parle de coût humain : 1) Y’a le problème des bas salaires, 2) Y’a le travail des enfants et 3) y’a l'exposition aux polluants chimiques, et ca craint. Bon, y’a des solutions, aussi.
C : Euh, t'as le droit de détailler un peu quand même...
A-C : En fait, quand on achète un vêtement peu cher, d'autres paient le prix, là-bas, loin, en Asie le plus souvent. Au Cambodge, en Indonésie, au Bangladesh, au Pakistan, en Inde, en Chine.

Les vêtements bradés, en solde, en lot de « 2 + 1 gratuit » engendrent une pression sur les usines qui doivent toujours accélérer et toujours réduire leurs marges. Et qui, en bout de chaîne ramasse les miettes ? Les employés bien sûr. Des gens qui travaillent autour de 240 francs par jour (et encore, c’est la moyenne haute). T’imagines, ça fait pas 11 000f par mois, pour des journées de 20 heures, parfois 7 jours sur 7…

WTF ?!

Et comme les travailleurs chinois exigent maintenant de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés, les usines sont délocalisées vers de nouveaux pays, moins chers et moins exigeants comme l'Éthiopie. Alors oui, on pourrait dire que c'est bien car cela crée des emplois… mais à quel prix ? Comme tu l’as vu, les salaires, le rythme de travail sont loin d’être décents.

C: Pfiou... C’est vraiment pas terrible… C'est même carrément lourd tout ça. En fait, le cœur du problème, c'est encore cette recherche de prix bas ?
A-C : Eèèèh oui. Et pour arriver à survivre avec leurs tous petits revenus, les familles font travailler les enfants, et ça, malgré tous les labels qui existent, c'est toujours infiniment difficile à vérifier. Comment tu veux contrôler la sous-traitance par exemple ? Et puis les petits doigts sont parfois bien utiles. Au boulot les gamins ! Dans le « meilleur » des cas, ils travaillent de retour de l’école, mais la plupart du temps, ils travaillent à la place d’aller à l’école. Et ça laisse pas trop la place à des avenirs radieux…
C : Arrête tes conneries Anne Cécile on va se faire virer de chez les Mademoiselles L ! C’est glauque ce que tu me racontes.
A-C : Ben oui mais c’est vrai. Et encore, je t’ai pas parlé des catastrophes liées aux traitements chimiques
C : Nan c’est bon laisse. On en parlera plus tard, ça fait déjà beaucoup.
A-C : et le sablage des jeans qui provoque la…
C : Ah stoooooop arrête on les a tous perdus !!!
A-C : Ok ok ok. Mais une fois qu’on a conscience de tout ça, on peut essayer de modifier sa consommation et choisir de meilleurs produits. Des produits qui n'engendrent pas le fameux cercle vicieux : « Pas cher DONC mauvaise qualité DONC conditions de production douteuses DONC pas cher DONC etc. » Parce qu’il y a des alternatives à ça !
C : Merci Anne-Cé. En fait, on peut vraiment vraiment aimer la mode, les belles fringues, et pourtant refuser de participer à ce carnage.

D’ailleurs la prochaine fois on parlera de nos placards qui débordent et de cette nouvelle tendance qui consiste à se créer une garde robe intemporelle et durable avec moins de pièces, de meilleure qualité.

Calamity

Partager sur

Vous aimez cet article?

Commentaires   

 
#1 BOUCHEBEL Baya 08-03-2017 12:01
Bonjour,

Je viens de partager votre contact FB à ma fille qui arrive le 10 avril avec Nolan qui aura 5 mois le 20 du même mois. J'attends qu'elle me réponde pour une commande éventuelle de couches pour le BB. Merci de me donner vos délais pour une commande svp.
Citer
 

Ajouter un Commentaire






Code de sécurité
Rafraîchir


*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement*

madtv

vie-illustree



Mademoiselle L, le premier webzine féminin de Nouvelle-Calédonie, mode, shopping, actualités.
Vous y trouverez des bons plans, des bonnes affaires mais aussi des conseils.

Mademoiselle L c'est aussi un lieu où on se retrouve entre femmes, entre copines, entre pétrels, où l'on s'entraide,
où l'on rigole, où l'on se détend. Pssst, Mademoiselle ! Viens nous voir !